Kyusu Banko
Hiramaru Biri

Atelier Tozan

ID
4089
Véritable théière japonaise à anse latérale en argile Banko, fabriquée à la main par le prestigieux atelier Tozan, idéale pour la préparation du thé vert japonais haut de gamme, argile naturelle violette, cuisson par réduction, 160 ml
Produit Théière à poignée latérale, Yokode Kyūsu (横手急須)
Touraille Banko Yaki (萬古焼)
Atelier / Artiste Atelier Tozan (陶山窯)
Origine Yokkaichi (Rég.), Mie (Préf.), Japon
Capacité selon le fabricant 160 ml
Volume de remplissage recommandé Pour réussir et verser le thé de manière optimale, il est recommandé de ne remplir que jusqu'au dernier tiers du filtre intégré.
Dimensions 10,2 x 4 cm
Poids 191 g
Argile Argile violette naturelle (Shidei ; 紫泥)
Cuisson Cuisson par réduction (還元焼成)
Glaçure Intérieur et extérieur non vernis (Yakishime ; 焼き締め), polie pour une belle finition brillante
Filtre Filtre en acier inoxydable solidement intégré (inoxydable)
Fabrication Les composants du couvercle et du pot sont fabriqués à la main sur le tour de potier, puis assemblés avec précision. (Rokuro : 轆轤)
Emballage Boîte en carton
36,90 €

Livraison : 4 à 6 jours ouvrés

TTC, hors frais d’expédition

ID
4089
En stock

Atelier Tozan (陶山窯)

L'un des plus anciens et des plus célèbres ateliers fondé en 1829. Les fondateurs faisaient partie des plus célèbres fabricants de Kyûsu de l'ère Meiji au début du 19e siècle.

Banko Kyusu

Une théière Kyusu est une théière japonaise traditionnelle idéale pour la préparation du thé vert japonais. Cuite à partir d'argile naturelle et non émaillée à l'intérieur, le récipient réagit avec l'eau et le thé, ce qui fait ressortir certains arômes. Le thé peut flotter librement dans la théière de manière optimale pendant l'infusion. De plus, les feuilles sont retenues par le filtre intégré et permettent d'autre part une extraction plus complète des arômes et des ingrédients. Le thé est toujours versé frais, mais plusieurs fois. L'anse latérale et le bouton du couvercle empêchent la main d'entrer en contact avec le corps qui est trop chaud.

Tout au long de l'histoire, il y a eu des centaines de centres de céramique au Japon, partout où le sol volcanique présentait de riches dépôts d'argile. Certains sont encore actifs aujourd'hui, dont les six plus importants « vieux fours » (Rokkoyo) : Bizen, Shigaraki, Seto, Echizen, Tamba et Tokoname. On peut également en citer d'autres, tels que Karatsu, Hagi, Mino, Shino, Oribe, Setoguro Ki-Seto et Kyo-Yaki, et pour la céramique du thé principalement Banko à Yokkaichi.

Les théières diffèrent selon les régions en fonction de la composition de l'argile, de la méthode de cuisson dominante, des étapes de travail manuel, des techniques de décoration et d'émaillage et de la finesse ou de la grossièreté délibérée de la production. C'est avant tout l'argile et le processus de cuisson qui déterminent le caractère gustatif de la théière Kyusu, c'est-à-dire les types d'arômes d'un thé qu'elle met en valeur ou qu'elle atténue. C'est pourquoi les amatrices et les amateurs de thé ont souvent plusieurs théières Kyusu de différentes qualités à la maison, afin de pouvoir préparer le meilleur thé possible en fonction du type de thé et de sa qualité. Parmi les Kyusu les plus nobles et les plus précieux figurent ceux d'artistes célèbres. Ces artistes sont non seulement réputés pour leurs talents particuliers en matière de production, de forme et de décoration, mais aussi pour leur propre production d'argile naturelle ainsi que pour leurs propres techniques de cuisson, qui leur confèrent des qualités uniques.

Influencée par les trésors nationaux vivants et les maîtres les plus récompensés, il existe toute une hiérarchie de l'artisanat : des ateliers qui vivent encore de la réputation des maîtres passés, aux ateliers modernes, en passant par les micro-entreprises familiales qui produisent la plupart des céramiques de thé ordinaires. Les objets de collection importants sont les Kyusu Vintage, qui sont encore entièrement fabriquées à partir de gisements épuisés d'argile naturelle de la plus haute qualité de la région concernée et qui atteignent ainsi des qualités incomparables pour les infusions de thé.

Banko Yaki

Banko Yaki (萬古焼, Préfecture de Mie)

Cette céramique relativement récente, mais néanmoins très appréciée, provient de Yokkaichi à Mie, au Japon, où on la fabrique depuis le 18e siècle. La présence d'une argile similaire à celle utilisée pour la céramique chinoise de Yixing (Zisha Clay) a permis l'utilisation de techniques de fabrication similaires à celles utilisées en Chine et l'émergence de l'un des plus importants centres de céramique du Japon.

L'argile naturelle d'origine était exclusivement jaune (identique à celle de Yixing) et devenait brun-violet à la cuisson. Cela est dû à une teneur en fer particulièrement élevée d'environ 6 à 7 %. Elle pouvait être cuite à une température plus élevée, autour de 1200°C. Avec l'épuisement de l'argile Banko d'origine depuis les années 90, on mélange aujourd'hui le plus souvent de l'argile rouge avec de l'argile jaune, que les ateliers achètent dans différentes régions. Seuls les Kyusu vintage disposent d'une argile 100 % originale de Yokkaichi.

Une caractéristique essentielle du Banko Yaki est sa cuisson par réduction. L'oxygène est retiré de l'argile, ce qui permet d'obtenir une plus grande dureté et porosité, de même que cette fameuse couleur brun-violet d'un éclat singulier, presque métallique. L'argile Banko est en outre connue pour ses propriétés particulières en termes de goût et d'effet sur le thé vert japonais (voir l'onglet variétés de thé).

Production

Argile

Argile violette naturelle (Shidei ; 紫泥)

Ikomi/Rokuro

Les composants du couvercle et du pot sont fabriqués à la main sur le tour de potier, puis assemblés avec précision. (Rokuro : 轆轤)

Atmosphère du four : cuisson à forte réduction (en japonais : Kyo-kangen Shosei; 強還元焼成)

Lors de la cuisson de la céramique, différents processus se mettent en place lorsque la température augmente. Tout d'abord, l'eau encore retenue dans le tesson s'évapore. À partir d'une température de 500 °C, l'argile est complètement déshydratée et son état chimique est irréversible. Les composants organiques brûlent, le processus d'oxydation prend place. Après la solidification, la phase de vitrification commence.

Lors de la cuisson réductrice de la céramique, un excès de carbone et une réduction de l'oxygène sont générés dans le four. Le monoxyde de carbone prive l'environnement et le tesson d'oxygène. Il s'ensuit un fort dégagement de fumée. Le récipient change de couleur, du gris clair au noir, selon l'intensité et la durée de la réduction. L'argile possède moins d'oxygène, devient plus ferme et plus solide et acquiert en même temps une plus grande porosité. Dans l'ensemble, les propriétés spécifiques d'un Kyusu cuit de cette manière se retrouvent dans la préparation du thé vert en termes de goût et d'effet. Après la cuisson, l'argile spéciale, riche en minéraux, réagit de manière caractéristique avec les composants du thé et de l'eau.

Glaçure

Non émaillé (Yakishime ; 焼き締め)

RECOMMANDATIONS

Particulièrement recommandé pour les thés verts japonais suivants :

Thés verts forts en Umami, peu amers
Variétés : Senchas / Shinchas riches en Umami, Gyokuro, Kabusecha et Gyokuro Karigane
Récolte : 1ère récolte
Cultivars : Fujimidori, Gokō, Kanayamidori, Komakage, Kuritawase, Okumidori, Saemidori, Samidori, Shojū, Yutakamidori, mélanges de ces cultivars

Les argiles brunes / violettes issues d'une forte cuisson par réduction (Banko) accentuent grâce à l'activation de la teneur en fer et à la porosité plus élevée les arômes nobles plus doux et sucrés (en particulier les acides aminés) et l'Umami des thés verts de qualité supérieure. Les forces des thés riches en Umami sont ainsi mieux mises en valeur. Leur goût est ainsi un peu plus riche et plus persistant.

Il est recommandé, dans la mesure du possible, de n'utiliser à long terme que les types de thé similaires recommandés ci-dessus dans le même Kyusu. Le Kyusu en argile naturelle développe, en interaction avec le thé en question, une patine qui améliore et intensifie le goût au fil du temps. C'est également pour cette raison qu'il faut éviter autant que possible d'utiliser de l'eau du robinet ou en bouteille contenant du calcaire, mais plutôt une eau douce et peu calcaire (semblable à une eau de source naturelle de montagne).

Utilisation

Pour l'entretien de la céramique japonaise de haute qualité, il convient de toujours utiliser de l'eau douce et peu calcaire pour toutes les étapes de préparation et de nettoyage.

Avant de préparer le thé, un Kyusu doit d'abord être chauffé à l'eau chaude pour que l'argile puisse mieux réagir avec les feuilles de thé. Ce n'est qu'ensuite que les aiguilles de thé sont introduites à l'aide d'une cuillère en bois. Selon le goût, la variété et la qualité, il est recommandé d'utiliser 1 à 3 cuillères à thé bien bombées par personne. Les personnes expérimentées et les passionnées préparent généralement un thé bien plus fort que les personnes débutantes, moins habituées au goût intense et à l'amertume.

Versez ensuite délicatement et lentement l'eau sur les feuilles, idéalement à partir d'un Yuzamashi (récipient servant à refroidir l'eau après l'ébullition) en argile ou de cuisson similaire. Pour de meilleurs résultats, l'eau ne doit être versée que jusqu'au tiers supérieur du filtre. Fermez le couvercle pendant le temps d'infusion.

Pour verser, tenir le Kyusu d'une main de manière à ce que le pouce repose sur le pommeau. Veiller à ce que la petite ouverture du couvercle soit à la même hauteur que le bec. Verser ensuite lentement le thé en plusieurs fois dans la tasse et le boire frais. Si plusieurs tasses sont remplies, il convient de les verser à tour de rôle par petites étapes afin d'obtenir un résultat uniforme pour toutes les tasses. À la fin de l'écoulement, faire basculer le Kyusu vers le bas à plusieurs reprises par à-coups avec les deux mains, avec précaution mais en insistant bien, afin d'extraire les dernières gouttes particulièrement riches du thé.

Ensuite, laissez le Kyusu fermé pour l'infusion suivante. Après la dernière infusion, retirer complètement le thé du Kyusu et le rincer abondamment à l'eau. Ne pas gratter l'intérieur ni le nettoyer d'une autre manière. Pour finir, nettoyez l'intérieur et l'extérieur de la théière avec de l'eau douce et peu calcaire afin d'éviter tout dépôt de calcaire préjudiciable. Frottez brièvement l'extérieur avec un chiffon propre. Laissez ensuite le Kyusu ouvert complètement pour le séchage.

Entretien

Nettoyage externe :

Uniquement avec de l'eau propre et un chiffon doux. En cas de salissures, frottez avec du thé vert infusé.

Nettoyage interne :

Ne rincez qu'avec de l'eau claire contenant le moins de calcaire possible. Au cours de son utilisation, le Kyusu accumule de la patine à l'intérieur qui ne doit pas être enlevée.

Après avoir utilisé de l'eau du robinet potentiellement forte en calcaire pour rincer le Kyusu, rincez-le ensuite avec de l'eau douce à faible teneur en calcaire, à l'intérieur comme à l'extérieur. Cela permet d'éviter la détérioration causée par les dépôts de calcaire. Essuyez ensuite l'extérieur avec un chiffon propre et doux.

À long terme, il est conseillé de n'utiliser que les types de thé similaires recommandés dans le même Kyusu. Le Kyusu, qui n'est pas émaillé à l'intérieur, développe une patine en combinaison avec le thé correspondant, ce qui améliore et intensifie le goût avec le temps. Pour cette raison également, lors de la préparation et du nettoyage du thé, il est préférable d'utiliser de l'eau douce et pauvre en calcaire (semblable à l'eau de source naturelle de montagne) plutôt que de l'eau du robinet ou en bouteille contenant du calcaire.

Nos recommandations

Loading...
L'image n'a pas pu être chargée.